Mardi 17 Octobre 2017

Actualités rss

Septembre

Brève du 29 septembre 2017

Plan d'Investissement

5 milliards d'euros sur 5 ans pour l'agriculture

Le Premier ministre Édouard Philippe a présenté, le 25 septembre, un plan d'investissement doté de 57 milliards d'euros. Il est destiné à financer d'ici à 2022 les grandes priorités : transition écologique, formation professionnelle, innovation et numérique. Parmi les grands chantiers, l’accent est mis sur la transformation des filières agricoles et agro-alimentaires. Un budget de 5 milliards d’euros pour la période 2018-2022 est prévu.

 

« Le grand plan d’investissement a vocation à être l’un des instruments moteurs de la transformation de l’ensemble des secteurs agricoles, agroalimentaires, forestiers et de la pêche », explique le rapport de l'économiste Jean Pisani-Ferry.

 

Quatre priorités sont ainsi détaillées :

-          accélérer l’adaptation des outils et le changement des pratiques en diversifiant l’offre de financement et en facilitant l’accès aux entreprises, via la mise en place de fonds de garantie ou de fonds de prêt. Le ciblage des dispositifs de subvention sera par ailleurs amélioré ;

 

-          accélérer la réponse aux défis du changement climatique en accompagnant l’adaptation des systèmes de production et l’optimisation de la gestion de l’eau, le développement de la bioéconomie, la production d’énergies renouvelables (biomasse agricole, biomasse forestière) ou encore le renforcement des puits de carbone en forêt et la séquestration du carbone dans les sols agricoles ;

 

-          renforcer la compétitivité de l’aval et la structuration des filières en finançant la croissance et la consolidation des entreprises de l’aval ;

 

-          renforcer le soutien à la recherche et à l’innovation, notamment dans les domaines de la bioéconomie, de l’agriculture numérique, du biocontrôle, de la génétique, des biotechnologies et de l’innovation ouverte.

 

Pour l’instant, ces priorités seront discutées, enrichies et complétées lors des Etats généraux de l’alimentation (EGA).

 

Source : Premier ministre

Brève du 29 septembre 2017

Budget de l'UE 2018

Des fonds supplémentaires pour l'agriculture

Les députés européens de la commission des budgets  ont voté mardi 26 et mercredi 27 un budget de 161,8 milliards d’euros en engagements. Concernant les crédits de paiement, les députés les ont fixés à 146,1 milliards d’euros. La commission a augmenté le soutien destiné aux jeunes agriculteurs de 50 millions d’euros, afin de réduire le taux de chômage des jeunes dans les zones rurales. Le Parlement dans son ensemble donnera sa position sur le projet de budget 2018, le 25 octobre. 

Source : UE

Brève du 29 septembre 2017

Projet de loi de Finances 2018

Le point sur plusieurs mesures

Mercredi 27 septembre à Bercy, Bruno Le Maire, ministre de l'Économie et des Finances, Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, Benjamin Griveaux, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie et des Finances, ont présenté les grandes lignes du projet de loi de finances pour 2018.

 

Réforme de la taxe d’habitation : elle permettra à 80 % des foyers d’être dispensés du paiement de la taxe d’habitation au titre de leur résidence principale d’ici 2020.

 

Suppression et baisse des cotisations sociales. Pour un salarié, les cotisations salariales d’assurance chômage et maladie sont supprimées. Cette suppression sera financée par une hausse moindre de la contribution sociale généralisée (CSG), dont le taux applicable aux revenus d’activité sera augmenté de 1,7 point le 1er janvier 2018. Les travailleurs indépendants bénéficient d’une baisse des cotisations sociales assises sur leurs revenus d’activité pour compenser le surcoût de la CSG. En outre, il est prévu une exonération dégressive des cotisations d’assurance maladie et maternité pour ceux dont les revenus annuels nets sont inférieurs à 43 000 euros environ.

 

Revalorisation de la prime d’activité.

 

Suppression du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) et le crédit d’impôt de taxe sur les salaires (CITS) en 2019. Ces dispositifs sont remplacés par un allègement de cotisations patronales pérenne.

 

Mise en place du prélèvement forfaitaire unique sur les revenus du capital et création d’un impôt sur la fortune immobilière remplaçant l’impôt de solidarité sur la fortune

 

Revalorisation de l’allocation de solidarité aux personnes âgées (ASPA)

 

Revalorisation de l’AAH : L’allocation aux adultes handicapés (AAH) s’élève actuellement à 811 € par mois. Le PLF 2018 prévoit  une revalorisation au 1er novembre 2018, le niveau de l’AAH à taux plein pour une personne seule sera porté à 860 € ; puis, au 1er novembre 2019, ce niveau atteindra 900 €.

Source : Ministère de l'Economie et des Finances

Brève du29 septembre 2017

Budget de l'Agriculture en 2018

400 millions de plus qu'en 2017

Le projet de loi de Finances 2018 présenté ce mercredi prévoit un budget de 3,2 milliards d’euros pour l’agriculture, c’est 400 millions d’euros de plus qu’en 2017. Une provision de 300 millions est destinée à couvrir d’éventuelles crises économiques, sanitaires ou climatiques.

Source : Ministère de l'Economie et des Finances

Brève du 22 septembre 2017

Agriculture bio

Le succès se confirme

Au regard des derniers chiffres publiés par l’Agence Bio, ce 15 septembre, « l'agriculture bio séduit de plus en plus de consommateurs et doit relever le défi de la croissance ».

Selon l’Agence Bio :

·         51 490 fermes et entreprises sont engagées en bio au 30 juin 2017 dont 35 231 producteurs et 16 259 entreprises de l’aval, soit +9,3 % depuis le 31 décembre 2016.

·         À la fin du premier semestre, près de 3 000 exploitations supplémentaires (+9,2 % par rapport à fin 2016) se sont engagées en bio (19 nouvelles fermes bio chaque jour pendant les 6 premiers mois 2017)

·         Au 30 juin, la surface cultivée selon le mode biologique en France est estimée à 1,77 million d’hectares, soit 6,5 % de la surface agricole utile.

·         +500 millions d’euros de ventes bio au 1er semestre 2017 par rapport au 1er semestre 2016

Les régions les plus actives poursuivent leur développement : l’Occitanie a près de 8 000 producteurs en bio dont 8 % nouvellement engagés en 2017 ; les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine dépassent les 5 000 producteurs avec respectivement 8 % et 9 % de producteurs engagés au cours du premier semestre 2017. 

Source : Agence bio

Rechercher sur le site

Menu

Contact

FCGAA
26, rue de Mogador
75 009 PARIS

Téléphone : 01 40 06 02 34
Télécopie : 01 40 06 02 23

Emails :
fedeagri@orange.fr

Accès intranet

mot de passe perdu ?